Winter School

 Winter School

 

Cliquez ici pour l'affiche promotionnelle

Afin d’alléger le présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes

La septième École d’hiver canadienne sur la qualité et la sécurité en radio-oncologie organisée par l’Organisation canadienne des physiciens médicaux (OCPM) aura lieu au merveilleux Fairmont Le Chateau Montebello au Québec du 7 au 11 février 2016. Le comité organisateur multi-professionnel (voir ci-dessous) s'affaire depuis le mois d'avril à planifier l'activité, qui commence maintenant à prendre forme. Voici un petit avant-goût de ce qui vous attend

Conférencière – Margaret Murphy

La conférence sera prononcée par l'Irlandaise Margaret Murphy, membre du comité directeur des patients pour la sécurité des patients de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Margaret a perdu son fils Kevin de façon tragique en 1999 à la suite d’un accident médical. Après une lutte de cinq ans pour découvrir ce qui avait causé la mort de Kevin, Margaret s’est impliquée au sein du comité directeur des patients pour la sécurité des patients de l'OMS. Elle travaille sans relâche depuis ce temps à promouvoir la sécurité des patients du monde entier. L’OCPM et le comité organisateur de l’École d’hiver sont honorés et ravis que Margaret ait accepté de venir à Montebello pour y raconter son histoire prenante et livrer son message important à la communauté canadienne de la médecine des rayonnements. Comme la plupart des membres du corps professoral de l’École, Margaret sera présente durant les quatre jours de l’École d’hiver et éclairera à coup sûr avec son bagage les nombreuses discussions qui s’y dérouleront.

Corps professoral, format et programme de formation

Bien que le format et le programme final de l’École d’hiver 2016 ne soient pas encore coulés dans le bronze, le comité organisateur est en train d’élaborer une grille intégrant les exposés magistraux, les ateliers animés par les professeurs et les patients invités, et la galerie de projets présentés par les délégués.

Programme de formation

Les principaux sujets en matière de qualité et de sécurité qui seront couverts à l’École d’hiver ont été réduits à ce qui suit :

Le travail d’équipe 

Le bon travail d’équipe, particulièrement dans un contexte interprofessionnel, est vital pour la qualité et la sécurité. Le sujet a été discuté régulièrement à l’École d’hiver et il ne perd jamais de son importance. Le Dr Francois Chiocchio de l’École de gestion Telfer à l’Université d’Ottawa sera le professeur responsable de ce sujet; il prépare avec le comité organisateur un atelier qui présentera comme projet type le thème de la mise en œuvre d’un cadre interprofessionnel d’évaluation par les pairs. Il est également en train d’élaborer une série de questionnaires à l’intention des membres de l’OCPM, dont les résultats seront examinés et analysés à l’École d’hiver. La publication d’un article de suivi dans interACTIONS au printemps 2016 est envisagée.

La participation du patient

À l’École d’hiver 2015, une ancienne patiente, la professeure Laurie Hendren de l'Université McGill, a décrit son expérience (non linéaire) de cours de radiothérapie en lui accolant le terme « schlep » en anglais (plus ou moins « pénible » en français). La professeure Hendren et d’autres professeurs à l’École 2015, dont la conférencière, la Dre Jan Davies, ont mis en valeur le rôle vital que les patients peuvent et devraient jouer dans leurs propres soins et dans les structures décisionnelles des établissements de santé. Le Comité organisateur de l’École d’hiver a entendu le message et en a tenu compte. Il est heureux d’avoir recruté des professeurs et d’anciens patients qui expliqueront aux communautés de la physique médicale et de la radio-oncologie du Canada pourquoi et comment il est possible d’instaurer la pleine participation des patients dans nos centres.

Jim Conway, professeur auxiliaire à la Harvard School of Public Health, fellow de l’Institute for Healthcare Improvement et ancien chef de l’exploitation du Dana Farber Cancer Institute, nous entretiendra de la participation des patients à la qualité et à la sécurité. Jim est un expert renommé de la sécurité des patients et défenseur de la participation des patients. Il parlera de son expérience de leadership en matière de sécurité des patients au Dana Farber Cancer Institute et en particulier du rôle des patients dans l’infrastructure de la qualité et de la sécurité dans cet établissement. Il expliquera pourquoi et comment le Dana Farber Cancer Institute a recruté des patients dans tous ses comités décisionnels.

Karine Vigneault vient d’être embauchée à titre de coordonnatrice de l’approche en matière de participation des patients au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à Montréal. Elle détient un doctorat en communication de l’Université de Montréal. Son rôle à McGill consiste à coordonner le recrutement des patients pour améliorer les pratiques, les programmes et les politiques concernant les soins et les services de santé aux patients au CUSM. Karine expliquera aux délégués à l’École d’hiver comment inviter les patients à participer aux comités et comment former à la fois les patients et le personnel pour créer un vrai partenariat avec les patients.
Les organisations de fiabilité élevée

Une organisation de fiabilité élevée est une organisation qui a réussi à ne connaître aucun événement indésirable, ou à en connaître seulement quelques-uns, dans un milieu où la complexité et le risque inhérents pourraient en rendre la fréquence plus intense. Le professeur vétéran de l’École d’hiver Todd Pawlicki, physicien, professeur et vice-doyen du département de la médecine des rayonnements et des sciences appliquées à l’Université de la Californie à San Diego, animera une séance sur la théorie de la fiabilité élevée. Le comité organisateur cherche à recruter un autre conférencier de prestige pour accompagner Todd en table ronde sur le sujet.

La seconde victime

Peu de professionnels de la médecine des rayonnements savent peut-être ce que le terme seconde victime signifie, mais quelques-uns ou beaucoup d’entre nous ont connu cette expérience. Elle concerne le travailleur de la santé en cause dans un événement indésirable dont les conséquences peuvent être difficiles pour lui aussi. L’établissement de santé soutient-il les employés en cause dans des événements indésirables? Il devrait le faire. Sinon l’employé peut devenir la seconde victime de l’événement indésirable. La seconde victime peut éprouver de la culpabilité, de la honte, du stress et de la dépression pour ne mentionner que quelques émotions. Son rendement peut décliner et elle peut miner le moral de l’équipe. Le signalement des incidents est un dossier brûlant en médecine des rayonnements, mais pour que ce soit efficace, l’employé en cause doit se sentir appuyé et sentir qu’il peut s’exprimer ouvertement dans un milieu d’apprentissage respectueux sans crainte d’avoir honte ou que cela entraîne des répercussions à son égard. Cheryl Connors parlera de la seconde victime à l’École d’hiver et animera un atelier sur la marche à suivre pour créer un programme de soutien. Cheryl est infirmière pédiatrique gestionnaire au Johns Hopkins Hospital de Baltimore et elle est renommée pour sa compétence en matière de soutien pour la seconde victime.

La qualité des données médicales

Le dossier de santé électronique et la base de données d’enregistrement et de vérification constituent l’ossature de la pratique de la physique médicale et de la radio-oncologie modernes. Mais les efforts pour utiliser des dossiers de santé électroniques en ce qui a trait aux initiatives de qualité, de sécurité et de recherche sont souvent contrecarrés par la médiocrité ou l’insuffisance des données. Dans un contexte où notre pratique devient de plus en plus dépendante des données qu’elle conserve, l’importance de la qualité de ces données devient de plus en plus manifeste et urgente. Le comité organisateur s’efforce actuellement de confirmer la participation d’un professeur expert qui peut faire autorité sur ce sujet et fournir des conseils pratiques.

Tout relier

La professeure de longue date de l’École d’hiver Mona Udowicz, directrice de la qualité, de la sécurité et de l’expérience du patient pour CancerControl Alberta, reliera les aspects communs de tous les sujets de l’École d’hiver. Elle s’assurera que les messages du corps professoral de l’École d’hiver soient réitérés avec cohérence et traduits dans le contexte de la pratique de la radiothérapie sur le terrain pour que les délégués puissent puiser à l’École des conseils pratiques sur la manière de mettre en œuvre du vrai changement dans leurs centres.

Venez participer à l’École d’hiver 2016 à Montebello ou encouragez un collègue (physicien, thérapeute, radio-oncologue ou tout ce qui précède) à y participer et à en faire rapport à votre centre. L’École d’hiver est un milieu d’apprentissage multi-professionnel collégial et sans pression où les délégués apprennent les uns des autres et des experts. Quality Matters – Travaillons ensemble!

Dates importantes

12 octobre 2015 : Début de la période de proposition des résumés pour les exposés de la galerie de projets
3 décembre 2015 à 17 h : Fin de la période de proposition des résumés
Mi-décembre 2015 : Examen des résumés terminé
7 janvier 2016 : Date limite pour le tarif d’hébergement négocié
8 janvier 2016 : Date limite pour l’inscription hâtive
7 février 2016 : L’École d’hiver ouvre ses portes

Montebello, Québec

Vivez une expérience d’évasion des plus mémorables au Fairmont Le Château Montebello, le plus grand chalet en bois rond du monde, situé au cœur d’un des plus charmants villages de la région de l’Outaouais au bord de la rivière du même nom. Dès votre arrivée, vous serez conquis par le charme rustique des lieux, la nature omniprésente, et la multitude d’activités qui s’offrent.

Comité d'organisation de 2016

John Kildea, Physicist, McGill University Health Centre (Chair and Course Director)
Carolyn Freeman, MD, McGill University Health Centre
Vicky Huang, Physicist, BC Cancer Agency
Daniel la Russa, Physicist, Ottawa Hospital Cancer Centre
Kathryn Moran, Radiation Therapist, Nova Scotia l District Health Authority
Todd Pawlicki, Physicist, University of California at San Diego
Christiaan Stevens, MD, University of Toronto
Mona Udowicz, Radiation Therapist, CancerControl Alberta